News


Des opportunités mais aussi des défis pour les pays Africains producteurs d’or
Tuesday, October 21, 2014
Kinshasa, RDC, mercredi 22 octobre 2014 - La baisse imminente de la quantité d’or produite va créer des opportunités pour les pays africains riches en ressources minérales, mais ils devront se lancer dans une concurrence agressive entre eux et les pays d’autres régions du monde qui produisent de l’or pour arracher les fonds qui se font rares pour l’exploration, a déclaré le président directeur général de Randgold Resources, Mark Bristow.
 
Prenant la parole aujourd’hui à IPAD Indaba Mining and Infrastructure en République Démocratique du Congo, Bristow a expliqué que durant le boom des prix de l'or, l'industrie minière ainsi que les gouvernements hôtes avaient mis l'accent sur les gains à court terme au lieu de se focaliser sur des profits durables. Les quantités des réserves de l'industrie mondiale s’épuisent; donc leur qualité et production continueront aussi à baisser. Avec les budgets d'exploration en baisse, les compagnies minières seront désormais encore plus sélectives qu'avant en choisissant minutieusement où placer leur argent. 
 
Selon Bristow, alors que la RDC est dotée d'abondantes richesses minérales, elle ne fournit pas autant d’efforts que ses pairs africains pour attirer l'investissement qui pourrait lui permettre de bâtir son industrie naissante d'extraction de l'or et de la transformer en un secteur important et durablement rentable dans son économie. Une des raisons étant l’incertitude quant aux résultats de l'examen en cours du Code minier qu’effectue la Commission gouvernementale.
 
« La question que toutes les parties concernées doivent se poser est la suivante: toutes les modifications au Code existant, vont-elles favoriser la compétitivité internationale de la RDC, ou porteront-elles préjudice à sa position déjà fragile sur le marché de l'investissement? En d'autres termes, va-elle bâtir une industrie capable d’engendrer d’autres Kibali ou va-elle l'étrangler au berceau? » s’est demandé Bristow.
 
« Les premiers travaux de cette Commission ont sérieusement inquiété, car il était certain que le pays faisait fausse route. Cependant, depuis un certain temps, un dialogue entre la Commission et l'industrie minière s’est établie et le pays commence à se comparer aux pays émergents les plus attractifs. Le principal point encore débattu à ce stade est la clause de stabilité. Compte tenu de la nature à long terme de n'importe quel investissement minier, il est crucial que la promesse du gouvernement d'honorer sa part d’engagement tienne. »
 
Il a fait remarquer que la Côte d’Ivoire a récemment révisé son Code minier et ce processus de révision était exceptionnel car très inclusif et consultatif. Cette approche s’est soldée par un résultat de gagnant-gagnant qui fait de la Côte d’Ivoire une destination primée des investissements miniers en Afrique de l’Ouest.
 
« Le processus ivoirien démontre de nouveau l'importance cruciale de la philosophie de partenariat de Randgold Resources dans la construction d'entreprises minières durables en Afrique au profit de toutes les parties prenantes. Nous croyons que tout comme les sociétés minières sont dépositaires des fonds de leurs investisseurs, les gouvernements sont aussi dépositaires des ressources naturelles de leur pays. Leurs objectifs et les résultats attendus sont étroitement liés, et les deux ont une obligation de s'assurer que ces ressources sont développées de manière à bâtir des industries minières durablement rentables qui, non seulement permettront de créer et d’offrir une valeur à part entière, mais serviront de moteurs qui animent la croissance économique générale à long terme, » a déclaré Bristow.

© Copyright 2015 - Randgold Resources Limited