News


Kibali atteint ses objectifs et plus encore
Sunday, January 19, 2014

Kinshasa, RDC, le 20 janvier 2014 - Kibali Goldmines, qui a achevé son premier trimestre d’ opérations le mois dernier, a non seulement atteint les objectifs qu’elle s’était fixés au moment de l’acquisition du projet en septembre 2009, mais elle a fait plus, a déclaré le directeur général de Randgold Resources, Mark Bristow, au cours d’un point de presse tenu ici aujourd'hui. Randgold est en train de développer et diriger un projet d’exploitation aurifère dans laquelle elle détient une participation de 45%.

Bristow a fait remarquer que les objectifs de Randgold, fixés clairement dès le départ, étaient de définir le potentiel maximum du gisement, optimiser l’étude de faisabilité existante, créer une ligne d'approvisionnement logistique de Doko à la frontière ougandaise, sécuriser la zone du projet en partenariat avec les gouvernements central et provincial respectivement, réinstaller plus de 4 000 familles de 14 villages dans une nouvelle cité modèle, et commencer la production en 2015.

« Très peu de gens, en dehors de l'équipe de direction de Randgold et de la République Démocratique du Congo, ont cru que nous pouvions y parvenir. Mais, dans un bref délai, nous avons mis sur pieds un projet pour une opération beaucoup plus grande que prévue initialement, entre autres augmentant les réserves minérales à 11 millions d'onces d'or, accélérant le programme de construction, et ramenant plus tôt que prévue la date projetée pour la première production d'or à décembre 2013 », a expliqué Bristow.

« Le programme énorme de réinstallation a été achevé avec succès; la construction s’est déroulée comme prévu; l'infrastructure a été améliorée; l’excavation minière à ciel ouvert a démarré, et le circuit oxyde de l'usine métallurgique ayant été mis en service plus tôt que prévu, Kibali a coulé son premier lingot d’or le 24 septembre 2013, la vente d'or commençant le mois suivant. Tout ceci n’aurait été possible sans le soutien et la coopération des autorités congolaises et de la communauté locale. »

Kibali est encore en chantier, le fonçage du puits vertical étant en cours à la mine souterraine de notre complexe, la première des quatre centrales hydroélectriques devant être mise en service très prochainement, et le reste du circuit sulfure devant être achevé à la fin du premier trimestre de 2014. Kibali devrait néanmoins dépasser sa production d'or prévue pour son premier trimestre entier d'opération, c’est-à-dire les trois derniers mois jusqu’à décembre, et atteindre ses prévisions de production de 550 000 onces d’or pour l'année en cours. A l’instar de toutes les autres mines d'or que Randgold a développées, elle devrait également être en mesure de réaliser un profit net dès son premier trimestre.

Bristow dit que conformément à la politique de Randgold qui préconise l’embauche de la population locale et d'autres ressortissants de son pays d'accueil, 6 065 de ses 7 660 travailleurs sur le site à Kibali à la fin de décembre étaient des Congolais. Des équipes d’opérateurs recrutés localement ont été envoyés en formation dans les autres mines de Randgold.

« Ce complexe aurifère de classe mondiale que nous développons à Kibali apportera une contribution majeure à l'économie de la RDC et sera également à la base d’une amélioration importante de la qualité de vie locale. Dans le cadre de notre programme de réinstallation, par exemple, nous avons construit 14 écoles, cinq centres médicaux, cinq marchés, 29 chapelles pour les différentes confessions religieuses, et 70 kilomètres de route. L'accroissement de l'activité économique locale peut être mesuré dans le centre de commerce voisin de Durba où la population est passée de 10 000 à 50 000 personnes au cours des trois dernières années », a déclaré Bristow.

« Toutefois, pour s'assurer que Kibali réalise tous les avantages de son potentiel, Randgold a besoin de continuer à travailler avec ses partenaires et parties prenantes congolais. Localement, par exemple, nous encourageons les autorités à renforcer les capacités administratives pour gérer la cité modèle de Kokiza et son infrastructure. Au niveau national, nous prions instamment le gouvernement de veiller à ce que sa proposition de révision du Code minier ne décourage pas l’investissement futur pour le développement des richesses minérales du pays, et de plutôt collaborer avec nous et d'autres investisseurs pour consolider ce que nous avons réalisé ensemble à ce jour par le dur labeur de tous. »


© Copyright 2015 - Randgold Resources Limited